Aller au contenu principal

logo    logo Vivre ici chaines

La Louvière : le Pont Capitte inquiète

Publié le 23 novembre 2022 à 17:40 mer 23/11/2022 - 17:40

La problématique du pont Capitte à La Louvière a été abordée lors du conseil communal de ce mardi 22 novembre. Pour plusieurs conseillers, de nombreuses questions et inquiétudes découlent du danger que représente aujourd’hui cet ouvrage d’art.

Le verdict est connu depuis maintenant plusieurs mois, le pont Capitte doit être détruit et remplacé. C’est la solution actée par la région wallonne dont dépend cet ouvrage d’art. Son état de vétusté est tel qu’aucune alternative n’est possible. Mais de nombreux mois s’écouleront encore avant qu’un nouveau pont soit installé.

Des barrières trop basses ?

En attendant plusieurs solutions sont ou vont être développées afin d’éviter une catastrophe. Depuis plusieurs mois, des panneaux interdisent ainsi au poids lourds d’emprunter le pont. Mais force est de constater que cette interdiction n’est pas ou peu respectée. Le Service Public de Wallonie (SPW) a donc procédé à l’installation de barrières afin d’interdire à ces véhicules de franchir la structure affaiblie. Seul problème les barrières sont placées à une hauteur de 2m25. Ce qui va empêcher bien plus que les seuls poids lourds d’emprunter le pont Capitte. A titre d’exemple, un modèle de camionnette particulièrement répandu mesure 2m50 de haut. Ce qui inquiète notamment le conseiller MR, Olivier Destrebecq. « Est-ce qu’on se rend compte qu’à 2m25 les camionnettes ne passent plus ? Il y a une multitude d’indépendants, de petites entreprises, etc. qui vont être impactés par cette hauteur. Est-ce qu’on se rend compte du nombre de camionnettes qui vont être détournées ? Ça va représenter des nuisances pour les riverains mais aussi une perte de temps pour ces indépendants et petites entreprises ».

Une installation de barrières décidée donc par la région wallonne sans que la ville puisse intervenir. « La hauteur de 2m25 est une imposition non négociable du SPW. Non négociable !» a ainsi insisté le bourgmestre de La Louvière, Jacques Gobert.

Des barrières qui devraient être opérationnelles à partir de la semaine prochaine.

Dans l’immédiat afin de renforcer la structure du pont, des étançons sont également installés sous son tablier. Un chantier qui provoque la fermeture des voiries qui passent sous l’ouvrage d’art avec à la clef une déviation de la circulation.

Un pont provisoire

Dans un second temps, un pont provisoire va être installé. Il effectuera la jonction entre la rue Falise et la rue du Tir. Une solution temporaire qui elle aussi inquiète. « Si toute la circulation doit passer par le rue Falise, la rue du Tir et la rue de la Grand Louviére, ça risque de poser des problèmes pour le quartier et qui aura accès à ce pont temporaire ? Les voitures, les bus, les camions ? » a questionné Antoine Hermant, conseiller communal PTB.

pont

Jacques Gobert a indiqué que la rue Falise sera très rapidement rénovée et qu’y passera le charroi qu’elle est en capacité d’accueillir. Le bourgmestre a également rappelé que la problématique du pont Capitte était du ressort de la région wallonne. Et il a invité le conseiller PTB Antoine Hermant, par ailleurs député régional, d’adresser ses questions au ministre wallon compétent en la matière.

Quant au chantier de remplacement du pont en lui-même, il devrait s'étaler sur près de 4 années. 2ans pour les démarches administratives (permis, marchés publics, etc.) et +/- 1an et demi de travaux.

A. Laurent

0 Commentaires
831 vues
Back to top