Aller au contenu principal

logo    logo Vivre ici chaines

L'art contemporain en bois absolument

Publié le 10 mai 2022 à 14:21

Le beau temps semble s’installer pour de bon, c’est parfait pour partir à la découverte des sculptures d’art contemporain dans le parc du château de Seneffe. Six artistes, six œuvres se déploient entre parterres et chemins, entre bosquets et plans d’eau. Avec Form I Bois, c’est le bois qui s’impose cette année, un matériau qui parfois se dévoile au détour d’une allée, ou saute aux yeux en couleurs vives. Nathalie Roland et Charles Sauvage ont parcouru le domaine.

Au-delà d’une atmosphère et d’une architecture entre rigueur française et romantisme anglais, le parc du château vous invite chaque été à la découverte d’œuvres contemporaines.

Le plan vous guidera d’abord vers le jardin des trois terrasses où Emmanuelle Briat met en scène Les dialogues. 9 octaèdres de bambou et noisetier mêlés, inscrits dans la perspective autant que dans la nature domestiquée des lieux. Une dixième marque résolument le carrefour de l’étoile.

Le plan d’eau du petit théâtre accueille l’embarcation particulière de l’artiste Marco Dessardo. Une pirogue tronquée et néanmoins habitable. Philippe Gardien, compagnon du voyage, conte l’aventure circulaire et sans parole de ce Fuga 2, refuge loin des déchaînements climatiques.

Et de dérèglement climatique il est toujours question avec Nisos, île en grec.  Cette maison incandescente renvoie à la fonte des glaces, à la montée des eaux et aux habitats nouveaux.

Des fleurs monumentales terminent ce tableau optimiste autant que pessimiste.

Et nous voilà soudain au bord du ruisseau à embrasser les arbres. Tree hug, un titre évocateur pour célébrer ces géants verts qui nous protègent de bien des maux. Equilibre de l’écosystème, conscience écologique, avec le bois, c’est le b-a ba.

Au milieu de la vaste prairie qui ouvre la perspective à l’arrière du château, des modules géométriques et colorés accrochent le regard. Pièces montées d’Elodie Boutry fait exactement référence aux gâteaux qui clôturent un repas de mariage. Allusion aussi à la vie de château et à son orfèvrerie.

Enfin, ne vous laissez pas surprendre ni intimider par ce nu, solidement campé et pourtant aux aguets. « Qui-vive » est son titre.

LA balade à Seneffe en vaut la peine. D’autant que la végétation est en train d’exploser. Les œuvres resteront en place jusqu’au 15 novembre, certaines vont immanquablement évoluer au fil des mois et des saisons.

0 Commentaires
65 vues

Sur le même sujet


Back to top