Aller au contenu principal

 logo Vivre ici       chaines                              

Bracquegnies : bienvenue à la plaine inclusive

Publié le 05 août 2022 à 15:05

Une plaine de jeux pour toutes et tous, à La Louvière, cette phrase de présentation se vérifie véritablement. En effet, depuis deux ans, une plaine inclusive a ouvert ses portes à des enfants porteurs d’un handicap lourd. Ordinaires ou extraordinaires, pendant deux semaines, tous les enfants s’épanouissent ensemble. Audrey Decroës et Frédéric Paspont se sont invités au dernier jour d’activité de cette plaine au final comme les autres.

 

C’est à Bracquegnies que la plaine de jeu inclusive a pris ses quartiers cette année pour deux semaines riche en sorties, jeux et amusement en tous genres. Rien de très étonnant jusque-là si ce n’est une préparation un peu plus spécifique.

« Avoir des professionnels sur le terrain, préparer les animateurs et les animatrices par une séance d'information sur les personnes qui vont être accueillies, nos enfants extraordinaires » explique Alain Bosmans, le coordinateur de la plaine inclusive.

Car, sur la centaine d’enfants qui ont participé à cette plaine, 8 présentent un handicap lourd. Il est généralement question d’autisme ou de troubles du comportement. Une situation particulière directement présentée aux futurs animateurs. Ils ont d’ailleurs le choix de devenir ou non un moniteur inclusif. Ils bénéficient alors d’un accompagnement assuré par des professionnels. Pour le reste, la différence entre plaine et plaine inclusive est minime. Les activités sont d’ailleurs totalement identiques.

« Quand il n'y a pas d'activités hors plaine comme le Mont Mosan, la ferme, le potager, les moniteurs préparent des activités comme aujourd'hui, un grand jeu ; qu'ils ont préparé dans un cahier d'activités. Pour les ordinaires et les inclusifs. Mais les inclusifs ont, en plus, un moniteur avec eux. Au cas où, ça ne se passe pas bien pendant l'activité, pour aller un peu sur le côté » déclare Arnaud Cayphas, le coordinateur de la plaine.

En effet, chaque enfant extraordinaire est accompagné en permanence d’un animateur. C’est l’une des spécificités de ce projet tout comme le snoezelen.

« C'est un lieu de répit où il peut descendre de tension. C'est un lieu où ils peuvent dormir pour se reposer, une journée pour eux, c’est parfois excessif de par les exercices, de par les activités extérieures, de par le fait de pouvoir entendre des bruits extérieurs parce qu'en fait, ils sont quand même autistes, du moins pour une partie d'entre eux » explique le coordinateur de la plaine inclusive.

De petites adaptations donc pour une plaine de jeux, au final comme les autres. Les enfants ordinaires et extraordinaires se côtoient avec plaisir. Bien sûr, il y a des questions, parfois des incompréhensions face à certains comportements mais après quelques explications, la tolérance et l’ouverture d’esprit s’imposent faisant de cette plaine de jeux une très belle réussite. Seul bémol, l’impossibilité de la développer.

« Il nous faut des professionnels supplémentaires pour que l’on puisse encadrer nos enfants extraordinaires d'une manière plus éducative et plus professionnelle. Parce que les animateurs qui nous accueillent, qui accueillent les enfants, ne sont pas formés au monde de handicap » conclut Alain Bosmans.

La Région du Centre possède de nombreuses institutions qui pourraient soutenir la plaine inclusive de sorte qu’un plus grand nombre d’enfants extraordinaires puissent y participer. L’appel est lancé. La plaine inclusive de Bracquegnies a aujourd’hui fermé ses portes. Restent de très beaux moments d’échanges, de rencontres et bien évidement, avant tout, d’amusement.

0 Commentaires
177 vues

Sur le même sujet


Back to top