Aller au contenu principal

Direct X

 logo Vivre ici                                              

Houdeng-Aimeries : enseignement spécialisé : nouveau projet animalier pour le Snark

Publié le 16 juin 2021 à 10:00 - Mis à jour le 14 juin 2021 à 12:10

A Houdeng-Aimeries, à proximité du quartier du Bois-du-Luc, le service résidentiel de l'enseignement spécialisé "Le Snark" propose un tout nouveau projet. Une éducatrice de 26 ans, Ilse Fievez, a imaginé et réalisé un enclos pour y accueillir des ânes, un lapin et des poules. De quoi rendre confiance aux jeunes grâce à nos amis les animaux.

 

Deux ânes, Lola et Lolita. Un lapin que l'on prénomme Coco et plusieurs poules. C'est un bon début pour cette toute nouvelle basse-cour. Plusieurs jeunes ados, hébergés et scolarisés au Snark , ont participé à ce projet. Et de se mettre au bricolage.

 

"On a commencé à construire le grillage. On a fait tous les travaux nous-mêmes. On a fait le périmètre. On a mis du béton et du gravier" explique Ryan - 14 ans élève au Snark.

 

Les ânes sont arrivés il y a deux jours. Gracieusement donnés par l'Asbl LES MOURETTES de Fayt-lez-Manage. Les jeunes du Snark  prennent leurs toutes nouvelles responsabilités fort à coeur. Les soins, le brossage, le nourrissage. Ils assument tout.

 

  "Cela m'aide à me calmer et à me canaliser lorsque je vais près des animaux. On noue des affinités grâce aux animaux" argumente Charles - 15 ans.

 

Ce projet pédagogique a été porté par une jeune éducatrice de 26 ans, véritable passionnée par la cause animale.  Au règne de la débrouille, elle a réussi à rassembler plusieurs dons et des coups de mains bienvenus. Cette belle initiative s'inscrit dans la démarche éducative du Snark.

 

"L'objectif pour les jeunes c'est vraiment que les jeunes apprennent à gérer cet enclos tout seul. Je voudrais que, par ce travail, ils réussissent à rentrer dans une autonomie.   Ici, la violence cela n'existe pas. Même si c'est un animal, il a besoin d'autant d'amour eux que les jeunes en question. Beaucoup de jeunes sont parfois frustrés et en colère. Le fait de venir vers l'animal, c'est prendre le temps. L'animal est un élément médiateur pour le jeune" s'enthousiasme Ilse Fievez, éducatrice au Snark et initiatrice du projet.

 

Deux ânes, quelques poules et un lapin. L'enclos du Snark est appelé à s'agrandir. Ilse y verrait bien une mare pour des canards, des box pour les lapins. A terme, le Snark pourrait bien accueillir une toute nouvelle zoo famille.

 

Denis COLETTE

0 Commentaires
550 vues

Sur le même sujet


Back to top