Aller au contenu principal

 logo Vivre ici       chaines                              

Feluy : à la découverte du bodypainting

Publié le 02 août 2022 à 13:49

Transformer un corps en œuvre d'art, c'est le concept du bodypainting. Une activité pratiquée par Anna Grisoni. La Sonégienne vient de s'illustrer lors d'un concours, en France, dont elle est sortie lauréate. Nous sommes allés à la rencontre de l'artiste dans l'atelier de Feluy où elle prépare actuellement une nouvelle exposition.

C'est en pleine séance de travail que nous rencontrons Anna Grisoni, François Rose, leur modèle. Actuellement, ils développent une création commune, une galerie de douze personnages librement inspirée des signes du zodiaque, en vue d'une exposition photographique qui se tiendra à l'hôtel de ville de Dour, en septembre prochain. Anna, alias Lind'Up nous explique la démarche :

" On s'est beaucoup inspiré des caractéristiques des signes en faisant une étude des personnalités, de ce qui pouvait être pertinent à l'image pour représenter les personnalités. Puis on s'est dit que le bodypainting, c'est un art assez jeune et que ce serait un moyen de le rendre accessible à un plus large public."

Le bodypainting est l'une des cinq professions exercées par Anna. Parallèlement aux activités de coiffure, esthétique, conseil en image et make up, elle se plaît à transformer les corps en œuvres d'art. Une activité qu'elle accomplit avec succès puisqu'elle vient de remporter le premier prix d'un concours parisien.

" C'était pour la Japan Expo. C'était la deuxième fois que j'y allais et je ne m'attendais pas du tout à être première. Quand on fait un concours, c'est dans un cadre et un thème imposé. En dehors de cela, j'aimerais  travailler sur le thème de l'art nouveau.Mais c'est un thème qui exige une grande maîtrise technique. "

François Rose, lui, est photographe et actif dans l'art du bodypainting depuis une vingtaine d'années, il nous éclaire sur les techniques en œuvre.

" Il y a des gens qui ont vraiment l'habitude de l'aérographe et qui vont l'utiliser comme outil principal puis faire quelques petites retouches au pinceau. Moi, je suis pas du tout un spécialiste de l'aérographe, mais je l'utilise beaucoup pour faire des dégradés. Et puis il y a des spécialistes du pinceau et de l'éponge qui ne vont quasiment pas ou pas du tout utiliser l'aérographe. "

Dans l'attente de l'exposition douroise, certaines photos sont déjà dévoilées sur la page Facebook de François Rose. Il est également possible de précommander des goodies liés à l'événement.
N. Elet

0 Commentaires
229 vues

Sur le même sujet


Back to top